Fibromes et conséquences chez la femme

Pour la plupart des femmes, les fibromes n’ont pas d’autres conséquences que l’inconfort et la détresse mentionnés ci-dessus. Cependant, beaucoup craignent que les fibromes n’affectent leur fertilité. Toutefois, cela ne s’applique qu’à certains types de fibromes. Les experts estiment que l’infertilité n’est causée par les fibromes que dans 1 à 2 cas environ. La plupart des femmes peuvent donc tomber enceintes malgré leurs fibromes.

Fibromes et fertilité chez la femme 

Les fibromes qui se développent directement sous la muqueuse de l’utérus peuvent notamment empêcher l’implantation de l’ovule fécondé. Les myomes situés à l’extérieur de l’utérus, en revanche, n’ont probablement aucune conséquence sur la fertilité. La question de savoir si les fibromes qui se développent dans la paroi utérine limitent la fertilité n’a pas encore été scientifiquement clarifiée.

Chez la plupart des femmes, les fibromes n’augmentent pas le risque de complications pendant la grossesse. Seuls les fibromes situés dans la paroi utérine et sous la muqueuse sont considérés comme augmentant le risque de fausse couche. Il est peu probable que les myomes augmentent le risque de naissance prématurée. Un myome très profond peut rendre difficile l’entrée de la tête du bébé dans le bassin avant la naissance, de sorte qu’une césarienne est nécessaire.

La gravite des fibromes

Certaines femmes craignent que les fibromes ne se transforment en tumeurs cancéreuses. Toutefois, cette inquiétude n’est pas fondée. Les tumeurs ne sont pas malignes. Dans le passé, on soupçonnait que, dans des cas extrêmement rares, des tumeurs malignes du tissu conjonctif (sarcomes) pouvaient se développer à partir de fibromes. Toutefois, cette hypothèse n’a pas été confirmée.

Très rarement, un fibrome peut provoquer une rétention urinaire. Cela se produit lorsque de gros fibromes font pression sur un uretère. Si l’uretère est même pincé, une opération rapide est nécessaire. Sinon il y a une rétention urinaire qui peut endommager définitivement le rein du côté affecté.